Mur végétal pour les nuls

Avant de vous lancer dans l’installation d’un mur végétal intérieur chez vous, plusieurs questions à se poser. Même si vous pouvez opter pour des solutions facile à mettre en place, quelques règles de base doivent être respectées pour que votre jardin vertical pousse et se sente bien dans votre intérieur. Il s’agira avant toute chose de lui assurer la lumière, l’eau et les nutriments nécessaires à sa croissance. Une fois bien installé et moyennant un peu d’attention et quelques soins réguliers, votre mur n’en finira plus de croître et de surprendre vos invités. Alors, si vous mettiez votre intérieur au vert ?

Un jardin dans la maison

S’il a fait ses premières feuilles sur les façades des immeubles et qu’on le connaît surtout pour ses installations extérieures urbaines, le mur végétal colonise également nos intérieurs. Sous la forme de tableaux, de murs végétalisés ou même d’éléments de mobilier, le mur végétal séduit les entreprises, les associations et les particuliers à la recherche d’une touche vivante dans leur intérieur. 

Naturellement, l’installation d’un mur végétal à l’intérieur d’un bâtiment exigera que l’on fasse attention aux deux fondamentaux de ce genre d’installation vivante : l’eau et la lumière. Dans un bâtiment, il vous faudra veiller à choisir l’emplacement le plus lumineux possible : dans une verrière ou une veranda, par exemple, sans perdre de vue le danger de surchauffe, ou dans une pièce où la lumière naturelle est abondante, de préférence orientée du haut vers le bas.

A l’intérieur, si vous tenez à votre tapis ou à votre parquet, il faudra également penser à la condensation et à l’évacuation de l’eau : une gouttière résoudra la question. 

Culture classique ou hydroponie ?

Pour créer un mur végétal, deux types de culture sont possibles : la culture classique sur substrat végétal et l’hydroponie. Elles imposent des contraintes techniques et un entretien très différents.

La culture classique se fait sur un substrat végétal dans lequel les plantes trouveront les nutriments dont elles ont besoin pour vivre. Dans une armature étanche, on place de la tourbe, du compost, de l’argile, ou tout autre substrat végétal, dans lequel on plante les végétaux qui composeront le mur. Il ne reste plus qu’à arroser régulièrement ; la structure fournissant le couvert.

La culture hydroponique se fait quant à elle sur un substrat inerte, c’est-à-dire une matière qui n’apporte aucun nutriment, utilisée comme support de culture : nappe horticole, sphaigne, fibre coco, pouzzolane, laine de roche, etc.. Il faudra régulièrement humidifier le substrat avec une solution nutritive afin que les plantes ne dépérissent pas.

A l’intérieur d’un bâtiment, c’est évidemment cette deuxième solution qui sera privilégiée. La culture hydroponique impliquera d’installer un système d’irrigation en circuit fermé qui permettra de nourrir les plantations par un goutte à goutte intégré. 

Pro ou do it your self ? 

En soi, pour construire un mur végétal, il n’y a rien de bien compliqué. Mais tout déprendra bien sûr de la complexité du mur que vous souhaitez installer, de sa taille, de son positionnement dans la maison ainsi que de vos talents de bricoleur et du temps et de l’énergie que vous avez à y consacrer.

La technique du mur végétal conçue par un chercheur français, Patrick Blanc, n’est en effet pas compliquée. Pour composer votre jardin d’intérieur, il faudra :

  • choisir un mur baigné de lumière naturelle ;
  • préparer sur papier un plan de votre composition végétale ;
  • fixer sur le mur une structure en bois ou en métal, en laissant une lame d’air entre le mur et la structure ;
  • garnir la structure de deux couches de feutres pour composer des poches dans lesquelles on viendra placer le substrat ;
  • placer un système d’irrigation en circuit fermé pour nourrir le substrat en substances nutritives ;
  • planter les végétaux choisis en incisant le feutre en croix.

Des plantes d'intérieur pas tout à fait comme les autres

Pour un effet bluffant, le choix et la disposition des plantes est naturellement tout un art et certaines des compositions les plus monumentales exigent des heures de travail. Fleurs et feuilles aux couleurs chatoyantes et aux volumes contrastés dessineront de magnifiques tableaux sans cesse renouvelés, pour peu qu’on les dispose avec soin.

Si en façade extérieure, on veille à installer des plantes indigènes qui résistent au froid, celles que l’on choisira pour un mur intérieur seront souvent des espèces tropicales et subtropicales. Elles devront en effet rester vertes toute l’année, s’adapter à des températures constantes supérieures à 20° et ne pas être trop gourmandes en lumière, ce qui est le cas par exemple de certaines espèces originaires des étages inférieurs des forêts tropicales, qui vivent parfaitement à l’ombre. 

Un jardin vertical en kit 

Cela dit, des systèmes en kit en polypropylène sont disponibles sur le marché. Prêts à l’emploi, ils se vissent directement au mur et n’exigent ni arrivée d’eau ni d’électricité. La structure creuse de l’ossature de ce type de mur végétal sert de réservoir. 

Si vous êtes tenté mais pas encore tout à fait convaincu, pourquoi ne pas opter pour un cadre végétal ? Il en existe de toutes les sortes et de toutes les formes : ils ne nécessitent pas plus d’entretien qu’une plante en pot puisqu’il vous suffira de les arroser régulièrement et, une fois accrochés au mur de votre salon, ils feront déjà leur petit effet.

Entretenir son mur végétal intérieur

Il va sans dire qu’un mur végétal est vivant. Votre petit coin de verdure exige donc quand même quelques soins pour croître  :de l’eau, de la lumière et quelques nutriments.

Comme pour une plante en pot, il peut arriver qu’une espèce ne se plaise pas dans votre intérieur malgré tout l’amour et les soins que vous lui aurez prodigués. L’entretien d’un mur végétal intérieur requerra plus d’attention pendant les 18 premiers mois de sa vie : il faudra progressivement remplacer les plantes qui ne s’y plaisent pas et veiller à la bonne harmonie de l’ensemble.

Une fois que les plantes auront atteint leur taille adulte, il restera à leur apporter les soins habituels : les débarrasser des branches et des feuilles mortes et les tailler deux ou trois fois par an pour qu’elles ne colonisent pas tout votre salon. 

Après avoir reverdi nos rues et nos villes, les murs végétaux jouent la star dans nos maisons. Outre leur cachet esthétique indéniable, ils apportent à nos intérieurs, dans leur belle exubérance végétale, bouffée d’oxygène et sensation de bien-être. Et si leurs bienfaits en terme de dépollution de l’air ne sont pas avérés, ils contribuent certainement à une meilleure isolation phonique et jouent un rôle de régulateur thermique bien agréable en cas de fortes chaleurs. 

Difficile d’installer un mur végétal dans votre intérieur ? Mais l’idée vous séduit ? Peut-être que votre toiture se prête mieux que votre salon. Découvrez les avantages d’une toiture végétalisée